AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Le Deal du moment : -17%
[CDAV] Apple AirPods 2 avec boitier de charge filaire ...
Voir le deal
99 €

Partagez
 

 Requiem:le chant des morts (version écrite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BARVACHE
Vache Folle
Vache Folle
BARVACHE


Masculin Age : 27
Inscrit le : 22/05/2010
Messages : 3004

Requiem:le chant des morts (version écrite) Empty
MessageSujet: Requiem:le chant des morts (version écrite)   Requiem:le chant des morts (version écrite) Icon_minitimeLun 6 Déc 2010 - 20:25

J'avais commencé à écrire un roman tiré de mon jeu(ou l'inverseXD), donc voilà, comme cette section est faite pour ça et que j'aime écrire, je poste le début. Le prologue. L'intro, elle est sur le topic de mon projet:

Requiem partie 0:prologue
Ecrit par:Barvache(pour que vous vous souvenez de mon illustrenom

Port Hiranis... La Ville avec un grand "V". Le "V" de la Victoire, le "V" de la Vie.
Ville éternelle, Ville sacrée, Ville suprême. Ma Ville. Celle où je suis né.
On la dit magnifique, riche en aventures et on en fait l'éloge partout autour du monde. Mais les ragots, les rumeurs sont comme la peste. Ils se propagent plus vite qu'une épidémie et peuvent blesser davantage. Ils vont, ils courent, ils persistent et surtout, ils mentent.
Port Hiranis a beau être décrite comme une Ville de légende, elle est la scène de la plus abominable, la plus tragique pièce de théâtre.
Loin, loin de ces belles maisons, loin de ces quartiers bondés de jour comme de nuit, loin des bateaux, des marchands se trouve la plage.
Une vaste étendue de sable où poussent une végétation luxuriante: de magnifiques palmiers, des plantes exotiques, des herbes hautes venant se méler au sable chaud frappé par le va et vient des vagues...
Au loin, des falaises fouettées par l'eau salée de l'océan s'étendent à perte de vue. Si l'on regarde plus loin encore, on peut apercevoir une brume obscure. Non, ce n'est pas le royaume des Enfers, c'est mon royaume. Mon univers. Là où je vis ou plutôt là où je survis. Le bidonville. Horreur est le premier mot qui viendrait a l'esprit de quiconque pénetre en ce lieu abandonné de toute vie.
Les maisons en bois mouillée par les intempéries semblent s'écrouler sur elles mêmes, l'herbe qui pousse est déjà fanée et les habitants paraissent mourir de faim.
Voilà la vision que tous ont du bidonville. Un lieu sans vie, un lieu délabré. Mais, pourtant, ce n'est pas tout. Des voleurs, des assassins, des mages noirs souhaitant recruter pour leur secte, de mysterieux individus peuplent cet endroit. Ils attaquent, tuent, volent... La sécurité, comme la pitié n'existe pas ici.
Je vis dans une cabane du bidonville avec mon frère Halan et mes parents. Ceux ci sont partis à la guerre voilà deux ans. Ils nous ont promis leur retour. Je me remémore souvent leures paroles avant leur départ: "Nous vous promettons que nous rentrerons bientôt. Nous vivrons heureux pour toujours et jamais nous ne serons séparés".
C'était leur promesse. Mais après deux ans d'attente, de survie et de larmes versées, rien. Nous attendons toujours leur retour de la guerre.
Quelle guerre? Interdiction d'en parler. Quand vont-ils rentrer? Cela ne saurait tarder.

Nous en sommes, comme millésime, en l'an de grâce mille deux cent quatre-vingt-dix-huit et comme quantième au treizième du mois de Florys. C'est le printemps, le moment où tout commence, le moment où tout débute et où tout nait. Nous sommes le premier jour de la semaine, le jour d'Hiranis.
Jour faste? Jour néfaste? Non, rien de tout cela. Un jour ordinaire; un jour de malheurs. Un jour où, comme tous les jours, je vais voler de quoi subvenir à nos besoins, à moi et à mon frère Halan.
Comme chaque jour, les marchands crient de leurs voix fatiguées, les passants me bousculent, les nobles me regardent d'un air autain et prétentieux. Comme chaque jour, je baisse les yeux, verse une larme et m'enfuit en courant. Je marchais cherchant un met facile à voler quand je vis un bel étalage de poisson. Le marchand s'étant absenté, j'en profitai pour mettre quelques poissons dans ma sacoche. Soudain, après avoir fait quelques pas, une voix m'interpella. C'était le vendeur, le vendeur de poissons: "Eh! Toi! Sale voleur! Rend moi ce que t'as piqué!"
N'ayant pas le courage de me retourner, j'avalai ma salive, priai je ne sais quel dieu et courus de toutes mes forces. Une patrouille de trois soldats se mit à me poursuivre. Je pus m'enfuir, j'eus de la chance.
Mais durant ma course, j'avais l'impression d'être observé, analysé, commenté même...
Peu importe... J'arrivai près du bidonville. Je vais retrouver Halan, il m'avais promis de ne pas sortir de chez nous.
Les premiers signes de l'arrivée au bidonville se firent sentir. L'air y était pollué, les cabanes en ruines, les plantes fanées et les habitants faibles et maladifs.
Quelques minutes plus tard, j'arrivai devant ma "maison". Je tirai violemment le rideau qui nous sert de porte et, là, soudainement, je fus pris d'une étrange sensation. Etait-ce de la peur? Peut-être, surement. Des sueurs froides commencèrent à parcourir tout mon corps, je sentais la transpiration couler le long de mon visage bouillant et le rythme de mon coeur s'accélerer de plus en plus.
Dans la maison, rien. Halan avait disparu. Peut-être s'était il fait enlever? Peut-être était-il mort?
Rien que d'y penser, je frémis. La mort. Si éloignée et pourtant si proche. Si familière et pourtant si terrifiante. Avait-t-elle décidé de s'inviter dans notre pathétique demeure? Avait-t-elle choisi ce jour là pour tout detruire autour de moi? Ma peur se transforma en terreur, je ne pouvais presque plus respirer tellement mon coeur battait vite et fort. Je devais être courageux, je devais savoir. Il fallait que je sache où était Halan mais je n'avais aucune piste, aucun indice. Que pouvais-je faire d'autre sinon rester seul et pleurer jusqu'à en mourir?
Je décidai donc de partir à sa recherche. Peut-être était-il encore dans le bidonville?
Je pris quelques affaires, de la nourriture et une petite épée en bois. Je rangeais soigneusement le tout dans ma sacoche quand, soudain, une voix retenti. Elle semblait m'appeller: "Eh! Gamin! Je tiens ton frère! Je sais que tu m'entends! Viens me trouver sinon je tue ton frangin!"
A l'entente de ces mots, je me précipitai hors de chez moi et courrus à travers tout le bidonville. Je passais devant une des cabanes lorsque je vis une silhouette sur le toit. En la regardant plus longtemps, je compris que c'était celle du ravisseur. Il sauta du toit, me faisant reculer d'un bond.
Revenir en haut Aller en bas
Lafant
Habitant Lv.6
Habitant Lv.6
Lafant


Masculin Age : 30
Inscrit le : 16/09/2010
Messages : 134

Requiem:le chant des morts (version écrite) Empty
MessageSujet: Re: Requiem:le chant des morts (version écrite)   Requiem:le chant des morts (version écrite) Icon_minitimeLun 6 Déc 2010 - 21:05

Eh bien... c'est vachement prenant ! Un peu court, mais on ressent bien l'action, même si ce n'est pas exempt de défauts...

Tu mets trop d'emphase, beaucoup trop. Pas la peine de répéter le même mot quinze fois, et ce toutes les trois lignes ! Au bout d'un moment, on a envie de baffer le narrateur. Ca plombe plus d'histoire qu'autre chose.

En parlant de lui, justement... tu écris à la première personne, du point de vue d'un gosse des bidonvilles, mais en utilisant un langage terriblement soutenu et aristo ! Je ne sais pas si c'est techniquement incorrect, mais je trouve que ça enlève beaucoup au texte.

Quelques problèmes de concordance des temps (du présent, de l'imparfait puis du passé simple >o). Des fautes d'orthographe mineures (pense à te relire attentivement !)
Revenir en haut Aller en bas
BARVACHE
Vache Folle
Vache Folle
BARVACHE


Masculin Age : 27
Inscrit le : 22/05/2010
Messages : 3004

Requiem:le chant des morts (version écrite) Empty
MessageSujet: Re: Requiem:le chant des morts (version écrite)   Requiem:le chant des morts (version écrite) Icon_minitimeMar 7 Déc 2010 - 17:24

Merci de ton commentaire=D
C'est vrai, on(Viper) m'a dit plusieurs fois que mon récit était trop lent. C'est le prologue, c'est normal. Après, ce sera plus...fin y'aura moins de texte inutile=)
(même si ça fait "genre" de mettre plein de trucs comme ça)
Je n'avais pas pensé au truc du point de vue... Je voulais que ce soit du point de vue du heros, je trouve qu'on ressent plus ce qu'il ressent. Mais je voulais mettre du style dans mes phrases. Je ne pense pas changer ça mais j'avoue que c'est génant=S
Pour les fautes...je vais m'améliorer=D
Revenir en haut Aller en bas
Viper-Rko
Modérateur
Modérateur
Viper-Rko


Masculin Age : 27
Inscrit le : 20/09/2010
Messages : 4421

Requiem:le chant des morts (version écrite) Empty
MessageSujet: Re: Requiem:le chant des morts (version écrite)   Requiem:le chant des morts (version écrite) Icon_minitimeMar 7 Déc 2010 - 17:51

Ah ! Tu vois que j'avais raison ! Requiem:le chant des morts (version écrite) 362633
Revenir en haut Aller en bas
Lafant
Habitant Lv.6
Habitant Lv.6
Lafant


Masculin Age : 30
Inscrit le : 16/09/2010
Messages : 134

Requiem:le chant des morts (version écrite) Empty
MessageSujet: Re: Requiem:le chant des morts (version écrite)   Requiem:le chant des morts (version écrite) Icon_minitimeMar 7 Déc 2010 - 22:43

BARVACHE a écrit:
Merci de ton commentaire=D

De rien :p

Citation :
C'est vrai, on(Viper) m'a dit plusieurs fois que mon récit était trop lent. C'est le prologue, c'est normal. Après, ce sera plus...fin y'aura moins de texte inutile=)
(même si ça fait "genre" de mettre plein de trucs comme ça)

Je comprends très bien, mais le problème n'est pas là. L'emphase est une figure comme les autres, mais tu en uses et en abuses, c'est ça qui est dérangeant, même pour un prologue. Il y a d'autres moyens d'étoffer un texte et de le rallonger !

Citation :
Je n'avais pas pensé au truc du point de vue... Je voulais que ce soit du point de vue du heros, je trouve qu'on ressent plus ce qu'il ressent. Mais je voulais mettre du style dans mes phrases. Je ne pense pas changer ça mais j'avoue que c'est génant=S
Pour les fautes...je vais m'améliorer=D

c'est pas parce que tu écris avec un vocabulaire de pauvre que ton texte est vide de sens ! Bien au contraire, ça peut le rendre encore plus vivant. En exemple, beaucoup de personnages de Terry Pratchett sont des campagnards super attachants malgré leur langage pas soutenu du tout (Mémé, Nounou, Shawn, Charretier, Tisserand, et j'en passe, sans oublier Rincevent !). Trouve-toi un style, ne mets pas juste sur papier toutes les règles d'écriture que tu connais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Requiem:le chant des morts (version écrite) Empty
MessageSujet: Re: Requiem:le chant des morts (version écrite)   Requiem:le chant des morts (version écrite) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Requiem:le chant des morts (version écrite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dark Revolution----Jeux terminé!!!Version 2(Version final) disponible
» [résolu] BGS "chant d'oiseau"
» Soldats morts VX
» GTBS - Orcs morts
» Character Chevaliers morts.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Maker VX :: Créations :: Récits et histoires-
Créer un forum | ©phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Informatique et Internet | Informatique et électronique