AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 [Non-libre] Le Pourvoyeur de Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maire Lv.9
Maire Lv.9
avatar


Masculin Age : 20
Inscrit le : 23/12/2010
Messages : 367

MessageSujet: [Non-libre] Le Pourvoyeur de Mort   Mar 10 Juil 2012 - 13:57

NOTE :

Bonjour à tous et à toutes. Alors voilà, hier j'ai eu un flash, ou une image si vous préférez, et une idée à germée dans mon esprit, idée que je me suis empressé d'écrire sur Word. je vous propose donc le scénar' de mon jeu, mais seulement pour que vous le critiquiez, car il est non-libre ^^. Ah oui, sinon si je n'utilise pas le formulaire c'est que mon jeu est... différent. Il n'y a pas tellement de méchants dans mon jeu, juste des personnes se battant pour leurs opinions. Dans mon jeu le bien et le mal s'efface pour ne laisser qu'une histoire épique où des personnages se battent pour leurs opinions et surtout pour la survie. Sinon j'ai du mal à trouver un nom pour mon jeu, alors si vous pourriez m'aider ce serais gentil, merci ^^ ! Voilà donc mon scénar' :


BACKGROUND :

En des temps reculés, Astral, le monde où nous vivons aujourd'hui, est en paix. Elle est gouvernée par un empereur qui commande lui-même neufs royaumes dirigés chacun par un roi qui partage ses terres en de petites régions menées par un seigneur. Ce système hiérarchique permet de mieux organiser Astral et évite par la même occasion une guerre, vu qu'il n'y a qu'un seul pays. Mais arrive le temps où tout doit changer, car rien n'est éternel.
Nous sommes donc en l'an 897 de la deuxième ère, le trois sulmarin. On est au crépuscule et tout Astral est en effervescence ! Le prince Kael Vodren se mari au soir et après un grand banquet sera donné ! Mais déjà depuis quelques semaines des rumeurs circulent... Un mal ancestral se serait réveillé, et dans l'ombre préparerait son invasion. Loin des rires et des chants de la capitale, dans une petite chapelle érigée au centre d'une clairière de la forêt de Mirnéhole, un sage se prête aux traductions d'anciens écrits. Il est habillé d'une simple toge à peine retenue par une lourde chaine de fer rouillé. Le vieil homme à la peau mat et possède des cheveux courts d'un blanc immaculé ainsi qu'une barbe emmêlée tombant sur sa poitrine. Il s'appelle Logas et est un mage d'un premier cercle. Logas est donc penché sur d'anciens manuscrits écrits dans une étrange langue. Au fur et à mesure qu'il lit le texte, sur un parchemins à côté écrit pressement des mots formants petit à petit des phrases. Ce que Logas découvrira, c'est une antique prophétie comme quoi, lorsque la chaire héritière du trône se liera à la pureté d'une élue, les anciennes ténèbres jadis bannies de ce monde réapparaitront et assouviront Astral. A peine a t'il compris ces mots que, avec le peu de force que la vieillesse lui laisse, il court jusqu'a la Capitale, dans la Tour des Arcanes. Arrivée là-bas, essoufflé, le vieux mage s'empresse de chercher le Maitre du Cercle, chef de tout les mages d'Astral et le prévient de sa découverte. Le Maitre, après vérification des documents et maintes injures, sur le conseil de Logas accourt informer l'Empereur. Mais il n'en a pas le temps. A cet instant, le Prince Kael se fait assassiné. Les gardes ont beau chercher le tueur, celui-ci s'est enfuit dans l'ombre de la nuit. Les festivités sont annulées, la capitales est fermée jusqu'a nouvel ordre et les Inquisiteurs sont en marche. Ceux-ci sont des chasseurs de démons, mais aussi d'assassins et d'ennemis de l'Empire. Personne n'a jamais échappé aux Inquisiteurs. Un homme est donc arrêté dans l'heure. On l'a retrouvé aux bords de la Porte Sud, essayant de s'échapper. Apparemment il était à la fête de mariage du prince, et on l'avait vu partir prestement après l'assassinat de Kael. L'homme s'appelle Zuran Terrîn et n'est pas originaire de la capitale. Il est jeté peu après aux geôles, attendant sa certaine mort sur un bûcher. Un garde découvre alors que Zuran est un Brumegarl , un homme de l'ouest, venant des Marais des Brumes ! Cet évènement entraine la colère de l'Empereur et attise l'humeur des rois.
En quatre jours seulement la chaos envahit Astral. L'Empereur fut tué à la suite de son fils et neufs rois se battaient pour la conquête du Trône. Mais comme l'avait prédis Logas, un mal plus terrible infesta les contrées tourmentées d'Astral... Une armée des ténèbres fit sont apparition, dévastant tout sur son passage, asservissant les peuples qui s'y trouvaient. Son nom fait trembler d'effrois, sa vue se fait liquéfier le plus preux des chevaliers, l'Armée maudite d'Uldanar. Composée de démons, de morts-vivants, de spectres et de beaucoup d'autres abominations, elle imposa son règne sur le monde entier. Treize ans ont passés depuis ce terrible jour où Naarferion, Roi des Démons monta sur le Trône d'Astral. Depuis les humains sont esclavagés, les enfants enfermés dans des camps appelés foyer où ils sont éduqués dans la terreur des Uldanars. La nuit est devenue éternelle, les nuages sont aussi noir que le cœur des Démons et gardent le Soleil invisible. La famine s'est installée, la peste est devenue courante, le temps des morts est arrivé...

SCENARIO :

La neige tombait drue sur la ville de Mornegivre. Le vent criait dans les arbres morts qui ployaient sous la force des rafales. les ruelles étaient sombres, comme toujours, le soleil éternellement caché par des nuages qui ne disparaissaient jamais. Mornegivre était traversée par un fleuve, le Nerro. Et sous un des ponts qui reliait le quartier sud au quartier nord de la ville, un jeune garçon d'une dizaine d'années pas plus gros qu'un clou regardait fixement un pigeon qui s'était hasardé par là. Le garçon était très maigre et d'une pâleur extrême qui contrastait avec ses cheveux corbeaux et ses grands yeux bleu marine. Cela faisait plusieurs minutes que le frêle bonhomme avait repérer l'oiseau et avançait doucement, sans se faire repérer. Le vent était contre lui, le pigeon ne l'avait donc pas remarqué. Soudain, le garçon sauta et s'étala de tout son long sur l'oiseau. Celui-ci s'envola vainement à la dernière seconde mais le garçon l'attrapa de justesse entre ses mains gelées. D'un mouvement sec, il lui tordis bien vite le cou avant qu'il ne s'échappe. Content de sa victoire, le garçon décida de rentrer à la planque. La planque était un refuge coincé dans les bas-fonds de la ville où se cachait des enfants qui s'étaient échappés des foyer et des Uldanars. Ils étaient une cinquantaine à y habiter et tous obéissaient aux ordres du plus vieux d'entre eux, un garçon d'une quinzaine d'année prénommé Olfrid. Le garçon écarta une peau qui gardait l'entrée de la planque et se retrouva nez à nez face à un jeune garçon aux cheveux blonds qui devait avoir le même âge que lui. Celui-ci le regarda d'un œil morne avant de voir la prise que tenait dans sa main le garçon. Il s'exclama alors :
- Hey ! Tu as tué un pigeon ! J'ai faim... tellement faim ! Donne le moi ! Donne le moi !
- Je l'ai attrapé seul, il est a moi ! Si tu as faim, vas en attraper un toi même !
- Non... Non. Je ne peux pas. De toute façon tu vas me le donner. Maintenant !
Le blondinet sauta alors sauvagement sur le garçon. Celui-ci riposta et dans la bataille lâcha le pigeon. Ils se bâtèrent crocs et ongles, encouragés par les autres enfants qui criaient :
- Battez-vous ! Battez-vous !
Le maigre garçon avait extrêmement peur, et dans sa terreur il griffa violement le visage de son adversaire. Il lui enfonça ses ongles dans la peau, et lorsqu'il entendit les plaintes de blondinet, il continua de plus belles. Il lui lacéra la peau du visage de ses, lui creva les yeux avec ses dents et ne s'arrêta que lorsque son adversaire ne bougea plus, gisant sur le sol comme une poupée brisée qu'un fauve aurais violement attaqué. Tout ça pour gagner, tout ça pour le pigeon, tout ça pour manger. Les autres autour du garçon étaient silencieux, observant le cadavre sans vie et les mains ensanglantées du jeune garçon. Il ne savait pas combien de temps s'écoula avant que des mains solides ne le soulèves, peut-être quelques secondes ou plusieurs minutes. On le lâcha au pieds d'un estrade où, assis dans un fauteuil délabré, le regardait de haut Olfrid. Celui-ci se leva et demanda que c'était-il passé. Une voix s'éleva de derrière le jeune garçon, sûrement celui qui l'avait transporté.
- Il a tué un des notre !
- Pourquoi ? répondit Olfrid.
- Je ne sais pas, pour un pigeon je crois.
- Un pigeon ne vaut pas la peine d'un tel massacre, dit Olfrid, s'adressant au jeune garçon, voyant le cadavre dans les bras d'un autre garçon à côté de celui qui avait parlé juste avant. Déshabiller le et jeter le dehors dans la neige et le froid ! Tel est le châtiment d'un tueur. Tel est ce qu'il mérite !
Quelqu'un souleva par les cheveux le jeunes garçon et devant tout le monde, on lui enleva sa seule tunique découpée dans un sac à patate et sa misérable corde qui lui faisait office de ceinture. Il fut exhibé devant tous et Olfrid dit :
- Tel sera à présent le châtiment d'un tueur ! Nous n'en avons pas besoin ici, dans la planque.
Le jeune garçon fut jeté nu et en larmes dans la neige. Alors, alors qu'il se croyait perdu à jamais, des bruits de pas s'élevèrent dans la nuit qui était tombée. Le jeune garçon releva péniblement la tête et failli faire une crise cardiaque. Devant lui ce tenait deux Uldanars, des morts-vivants, le regardant avec un sourire carnassier. L'un d'eux lui demanda :
- Qui es-tu et que fais-tu hors d'un foyer ? Répond !
- Je... Je... m'appelle Jeor, messires.
- Répond ! Pourquoi n'es-tu pas dans un foyer ?
- Je n'y es jamais été.
- Ah ! Et comment à tu peu survivre tout ce temps ?
- Je...
Jeor ne voulait pas dévoiler le secret de la planque. Mais il repensa à ce qu'on lui avait fait. Humilié, jeter nu dans le froid, il était au bord de la mort. Il n'eu donc aucune pitié et aucun regret :
- Je faisais partie d'un groupe d'enfant qui se cache dans un endroit appelé la planque.
- Où se trouve cet endroit ? Répondit un des deux Uldanars, le plus intelligent apparemment qui était beaucoup plus attentif tout d'un coup.
- Dans les bas-fonds de la ville, c'est un vieil entrepôt délabré coincé entre plusieurs maisons et un pont. On y accède par une petite ruelle qui descend à côté de la Porte Sud.
- Bien, bien. Tu sera récompensé pour tes informations. Mais j'ai encore une question : pourquoi es-tu parti de cet endroit ? N'étais-ce donc pas un refuge convenable pour se cacher de nos yeux ?
- J'ai tué.
Les deux morts-vivants écarquillèrent les yeux pendant un instant, avant de se reprendre et échanger un regard.
- Comment as-tu fais ?
-Avec mes mains... et mes ongles. Je lui est arraché la peau du visage... et je lui est crevé ses yeux avec mes dents. Il chialait comme une fillette...
Une sorte de flamme s'était animée en Jeor. Il n'avait plus peur, il n'avait plus froid. La présence des Uldanars ne l'enchantait pas mais ne l'effrayait pas non plus. Il se leva et du haut de ses dix ans essaya de paraitre le plus grand possible. Pour lui la planque ne signifiait plus rien. Ils l'avait trahis, humilié et envoyé à la mort. Le plus intelligent des deux Uldanars dit alors :
- Bien, nous allons t'emmener avec nous. Tu vas être présenter à notre maitre. C'est un honneur ! Tu devrais être heureux.
Les deux ricanèrent pendant plusieurs instants. Jeor resta de marbre jusqu'a ce qu'ils est terminé. Enfin les Uldanars le poussèrent et el firent avancé. Ils arrivèrent devant une haute tour dans la partie nord-ouest de la ville. Faite d'une pierre noire aux reflets bleutés, la tour était imposante et s'élevait haut dans le ciel. Ils entamèrent alors une montée très longue afin d'arriver en haut de la tour, là où se trouvait le maitre de la ville et des Uldanars qui s'y trouvaient. Les Uldanars lui dirent d'attendre devant une haute porte et entrèrent dans la salle qui s'y trouvait derrière. Jeor attendit quelque minutes avant que le moins intelligent des deux arrive et lui dise de venir.
La salle qui se trouvait derrière la porte était longue et rectangulaire. Des piliers soutenaient le plafonds à des espaces réguliers. Tout autour de la salle, des gardes Uldanars, des mages et des nobles attendaient patiemment. Au fond de la pièce trônait sur un siège de pierre sculptée le Maitre de Mornegivre. Il se leva et sa voix grave et profonde retentit en écho contre les murs :
- On ma rapporté une histoire bien étrange. Un garçon de dix ans assassinant sauvagement un autre enfant ? On ne voit pas ça tout le temps.
Il marqua une pause et pris soin de balayer de la salle son regard perçant. Il s'adressa à Jeor :
- Ce qu'on m'a dit est-il vrai ?
- Il l'avait mérité.
- J'admire ta bravoure, néanmoins aux yeux de la loi tu restes un hors-la-loi. Tu seras punis. Mais je ne suis pas dénué d'intelligence. Tu as un grand potentiel, je le voit dans tes yeux, une force émane de toi. Tu seras le premier soldat humain de mon armée ! Prend cela comme un honneur, car s'en est un.
- Merci, monseigneur. Je vous servirais noblement, comme tout homme se doit de le faire.
Le Maitre souris. Un Uldanar, un démon cette fois, le pris par l'épaule et l'emmena hors de la salle. Sur son passage, les autres le regardait avec un mélange de perplexité et de respect. La nomination d'un humain, qui plus est jeune, est étonnant et le Maitre ne l'aurais pas nommé pour rien. Tout le monde présent dans cette salle savait que Jeor n'était pas comme les autres.
Jeor passa son adolescence au service des Uldanars. Il ne fut au début que simple écuyer et par sa volonté et sa détermination devint Chevalier d'Uldanar. Les humains le détestaient, les Uldanars le craignaient et le respectaient. Aujourd'hui Jeor à 50 ans et c'est un Pourvoyeur de Mort, premier du titre.


ps : Certains noms propres comme "Astral" ne sont pas définitifs (voir pas du tout) !
ps2 : Ce scénario est sera celui de mon jeu que j'avais anciennement nommé "Inquisiteur". Vous pouvez aller voir dans le topic "Vos Screenshots", j'y ai mit l'écran-titre. Mais le nom "Inquisiteur" va être remplacé.

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble Lv.8
Noble Lv.8
avatar


Masculin Age : 21
Inscrit le : 24/01/2012
Messages : 241

MessageSujet: Re: [Non-libre] Le Pourvoyeur de Mort   Mar 10 Juil 2012 - 16:22

Le background est très clair et détaillé et l'histoire est originale.
Par contre je pense que le nom astral pour le pays n'est pas hyper adapté puisque tu donnes des noms à consonance nordique à tout.
Voila pour la part,et bonne continuation ^^!

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maire Lv.9
Maire Lv.9
avatar


Masculin Age : 20
Inscrit le : 23/12/2010
Messages : 367

MessageSujet: Re: [Non-libre] Le Pourvoyeur de Mort   Mar 10 Juil 2012 - 16:28

Ouais, Astral comme je l'es précisé n'est pas du tout définitif, c'est juste que j'avais pas d'idée x) !

Sinon je me suis même pas rendu compte que je mettait une consonance nordique partout m'enfin bon x). Mais dans le jeu il y a beaucoup de paysages différents, et pas seulement le Nord Wink !

Merci pour ton commentaire ^^ !

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Non-libre] Le Pourvoyeur de Mort   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Non-libre] Le Pourvoyeur de Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [DECES] Karl Malden est mort.
» J'ai testé pour vous: la chute libre du Zümo.
» L'écran bleu (Bsod):Écran bleu de la mort
» [espace 4]carte main libre
» Libre Graph

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Maker VX :: Entraide :: Scénarios :: Bazar des Scénarios-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com